Télérama – 4 avril 2001

Livraisons à domicile

Ce soir, il y a bal gratuit à la Flèche d'or. Une ancienne gare du 20e arrondissement de Paris reconvertie en salle des fêtes avec bar et estrade, sans oublier un bel espace pour se jeter à corps perdu dans la salsa et le rai. L'ambiance monte, il fait chaud. Et, soudain, comme par miracle, la musique s'arrête, les danseurs s'asseyent par terre, et le silence se fait. Place à la lecture de nouvelles : trois comédiens, pendant une demi-heure, prennent place chacun leur tour au micro. Pas un bruit, pas un mot, les danseurs sont devenus auditeurs. Trente minutes plus tard, ils repartiront danser. Ces « Bals à la page» existent depuis trois ans au Cabaret sauvage, au Divan du monde ou à la Flèche d'or, organisés selon les moments ou les choix de lectures. Pour la Saint-Vaientin, par exemple, on apprenait, au Divan du monde, à danser le tango pour mieux écouter des textes tendres signés Charles Baxter : une tranche de danse, une tranche de texte... Les initiateurs de l'entreprise se nomment Les Livreurs. A l'origine deux garçons et une fille qui avaient simplement envie de transmettre leur plaisir de lecture. Dominique coordonne, Jean-Paul et Bernard lisent. Les bals ne sont pas leur seule façon de diffuser leur passion ; Les Livreurs invitent aussi chez eux pour des soirées plus intimes où l'on peut se retrouver, à dix ou à trente, dans un appartement paisible. « Avant, nous lisions dans des cafés, des restaurants, mais le bruit était difficilement en accord avec les lectures. » Dans ces soirées « à la maison », on retrouve quelques habitués, des amis d'amis et, souvent, l'auteur choisi par Les Livreurs. installé dans le fauteuil en cuir, il écoute ses textes, répond aux questions. Une relation chaleureuse se crée, réduisant l'écart entre lecteurs et écrivain. C'est aussi cela qu'affectionnent ces animateurs passionnés, qui sont allés jusqu'à faire fabriquer une « boîtalire » : une sorte de grosse boîte transparente, vite montée, vite démontée, qu'ils transportent aisément dans un hall de gare ou de supermarché. Trente personnes peuvent s'y rassembler pour écouter des lectures brèves entre les courses et le train à prendre. Notre trio de choc a bien l'intention de « livrer» partout. Renseignez-vous, ils sont peut-être au coin de la rue.

Christine Ferniaux