Notre Temps
Notre Temps - avril 2005

Les Livreurs, la voix au chapitre

Musiciens du livre, Les Livreurs font entendre des textes, enseignent la lecture, révèlent des auteurs dans les lieux les plus insolites et à tous les publics.
Dans des appartements privés, dans des entreprises, des restaurants, des écoles, des usines, des cabarets et même des wagons de chemin de fer, Les livreurs font entendre l'écriture. Ces lecteurs travaillent en musiciens et revendiquent le titre de « lecteurs sonores ». Ils se veulent les interprètes, modestes mais indispensables à la vie des Livres. Comédiens de formation, ils ne récitent pas, ils ne jouent pas. Ils lisent. Contrairement à un acteur qui incarne un personnage, le livreur s'efface derrière le texte de l'auteur. À l'auditeur d'en faire son miel. « Cette équipe, précise Bernhard Engel, un de ses fondateurs, a été créée en 1997, quand la lecture à haute voix, après avoir été le principal véhicule de la chevalerie, de la poésie, des idées des lumières, s'est tue, privant ainsi des centaines d'auditeurs de cette écoute si particulière. La version sonore ou musicale des livres suggère un univers, une atmosphère, des sentiments, des personnages, tout en laissant libre l'auditeur de créer ses propres images. » Beaucoup de gens, constate Bernhard Engel, « ne savent plus lire, ils n'ont pas le temps et ne savent pas quoi lire. Nous servons de guides et aussi de formateurs à l'occasion d'interventions ludiques et pédagogiques. » Avec eux, la lecture prend une autre dimension. En brisant la lecture solitaire et muette, elle devient partage. « La différence est un peu la même qu'entre l'écoute solitaire d'un disque chez soi et la salle de concert - à la concentration, nous ajoutons la communion. » Les Livreurs n'ont pas fini de faire parler d'eux.

J-M. U.