Lundi 6 juin 2016

SOLO THÉÂTRE : La maison de Bernarda Alba

« 1 interprète, 1 pièce, 1 heure », voilà ce que proposent Les Livreurs. Et nous ajoutons : une seule occasion de voir les spectacles. En effet, différents interprètes présentent du mercredi au samedi, jusqu’au 25 juin, une pièce différente : Marivaux, Tchekhov, Aristophane, Feydeau, Molière, Shakespeare… Le 3 juin, c’était la Maison de Bernarda Alba de Federico Garcia Lorca qui était interprété par Morgane Cuoc. Ce célèbre drame espagnol raconte comment Bernarda Alba, à la mort de son mari, impose à ses filles un deuil rigoureux de huit années. Elles voient alors leurs libertés et leurs désirs réprimés à l’exception d’Angustias, promise à Pepe El Romano, cet homme qui fait chavirer plusieurs cœurs au sein de la sombre maison andalouse. Toutes les femmes de la pièce ont des caractères bien définis : c’est donc un véritable défi pour Morgane Cuoc de les interpréter toutes. Elle réussit à passer d’un personnage à l’autre avec une belle dextérité, grâce à un jeu de voix et de mimiques : la vieille folle clairvoyante Maria Josefa et sa voix chevrotante qui part dans les aigus, le ton autoritaire de Bernarda, le timbre ingénu d’Angustias, la belle voix claire d’Adela, décidée à vivre libre… Les voix correspondent ainsi aux caractères des personnages : on ne se perd jamais. Grâce au format du spectacle, sans artifice et proposé dans un lieu intimiste – un sous-sol vouté, qui illustre d’ailleurs à la perfection l’enfermement des filles de Bernarda –, on prend toute la mesure de la poésie de Lorca. Certaines phrases, et certains silences, tombent comme des couperets. Un format convaincant et efficace pour redécouvrir les classiques.

- Ivanne Galant